Stanley Greene – Yuri Kozyrev, Russie[s]

» Uncategorized » 25/07/2012

Jusqu’au 14 Octobre 2012, vous pourrez visiter l’exposition photographique de Stanley Greene, intitulée “Yuri Kozyrev, Russie[s]“, à la Maison de la Photographie Robert Doisneau (Gentilly).

“Né dans le quartier de Brooklyn à New-York en 1949, Stanley Greene est membre fondateur de Noor, une agence associative qui réunit des photographes du monde entier. Il a travaillé sur tous les terrains comme photojournaliste et a reçu entre autres les prix W. Eugene Smith et le prestigieux World Press Photo qui lui a été décerné 5 fois. Il a couvert de nombreux conflits mais ce sont ses reportages sur la guerre en Tchétchénie qui l’ont vraiment fait connaître du grand public. Il a rassemblé ses photos dans un livre Plaie à vif : Tchétchénie 1994-2003.
Le photographe russe Yuri Kozyrev, né en 1963 à Moscou, est également membre fondateur de l’agence Noor. Il a récemment reçu le Visa d’Or 2011 pour ses photos sur les révolutions arabes, lors du 23ème festival « Visa pour l’image » de Perpignan. A l’instar de Stanley Greene, il a produit des reportages de longue haleine, rigoureux et engagés, illustrant le meilleur du photojournalisme d’aujourd’hui. 
Articulée autour de plusieurs thématiques et composée de photographies inédites extraites de leurs archives, l’exposition offre une vision contrastée, complexe et étonnante de la Russie d’aujourd’hui. ”

“Cette exposition rassemble deux grands photographes de l’agence NOOR pour un thème unique, la Russie, dont les approches multiples ont été menées au cours des deux dernières décennies. L’immensité de son territoire et la diversité de ses populations, la complexité de son histoire passée et récente ainsi que son important rôle politique, ont inspiré cette présentation de la Russie en diverses facettes, afin d’ouvrir différents chapitres à la réflexion et d’éviter les écueils des clichés réducteurs. De l’évocation d’Octobre rouge (1993), deux ans après la disparition de l’URSS, à celle de nouveaux extrémistes s’affichant en ce début d’année 2012, la trame des événements tisse tout le propos, tant cette histoire en marche pénètre tous les sujets. Il en est ainsi des images rappelant les événements tragiques de Beslan en septembre 2004 et également de cet ensemble consacré aux mères de soldats russes disparus. Tel un puissant contrechamp aux guerres, à celles de Tchétchénie particulièrement, cette dernière série de photographies révèle le sort des familles restées dans l’ignorance de ce que sont devenus leur fils, leur frère ou leur père, et raconte leur quête qui dure souvent plusieurs années. Le Transsibérien, Moscou la nuit, la pollution industrielle, la vie des Nenets au nord-ouest de la Sibérie, sont autant de volets présentés dans cette exposition.

La Crimée, avec ses plaisirs balnéaires au bord de la mer Noire et son gigantesque festival de musique de danse électronique, offre, quant à elle, une vision très singulière contrastant radicalement avec les autres régions. Tout au long de ce parcours, on découvre aussi des portraits de Russes, de ceux qui vivent dans des conditions misérables ou de ceux qui préparent leur avenir dans un internat de cadets. Bien connus pour avoir couvert de nombreux conflits à travers le monde, Stanley Greene et Yuri Kozyrev ont produit tous deux des reportages de longue haleine rigoureux et engagés, pour lesquels ils ont été maintes fois récompensés. Cette exposition inédite atteste des mêmes qualités tout en conjuguant les regards complémentaires de ces deux photographes exceptionnels qui illustrent le meilleur du photojournalisme d’aujourd’hui. Annie-Laure Wanaverbecq.”
Ouvert le Mercredi, le Vendredi et le Samedi de 12h à 19h, le Dimanche de 14h à 19h.
Pour plus d’informations, veuillez consulter le site de la Maison de la Photographie Robert Doisneau.